Ce rêve bleu : Jodhpur

Posted from Jodhpur, Rajasthan, India.

Et me voilà à Jodhpur, la cité bleue. Traditionnellement, le bleu est réservé aux Brahmanes, caste supérieure dans la religion hindou, mais ici presque toutes les maisons sont peintes en bleu, pour éloigner les insectes.
Première impression : Je suis en Inde. L’Inde des films, et l’Inde qu’on lit, elle est là. L’ambiance est beaucoup plus authentique que dans le sud, et les gens beaucoup plus curieux de la personne, tout en étant désintéressé (sauf les commerçants, bien sûr).

Musique traditionnelle du Rajasthan

Musique traditionnelle du Rajasthan

Il est 17h30, et je m’arrête au Sunrise guest house, où je négocie une chambre pour 250 roupies. Une chambre énorme, avec eau chaude et salle de bain. Bon deal. Je commence à faire tremper mes habits sales, déballe mon sac et vais me promener dans la vieille ville. Je m’arrête alors à l’omelet shop, en face de l’omelet shop recommandé par le Lonely planet. (Je me suis rendu compte qu’en allant à côté des endroits indiqués dans les guides de voyages, on trouve de meilleurs services…). L’omelette est bonne, et Vicky, celui qui fait les omelettes est d’une gentillesse incroyable. Il me conseille sur les choses à faire, à voir, les endroits où manger, etc…

Clocktower et son marché

Clocktower et son marché

Je retourne alors à la guest house, et vais chercher mon passeport pour remplir le formulaire de l’hotel. A côté de moi, un gamin indien d’environ 14 ans maximum, a une valise renforcé à double fermeture cadenassée. Dans sa main, il tient une liasse de billet de 1000 roupies épaisse comme deux paquets de clopes. Il sort de sa poche une autre liasse de la même taille de billets de 100 roupies. Un peu bizarre, mais bon, c’est pas mon problème. Je commence à remplir le formulaire, quand le patron de la guest house me dit que c’est la personne avec qui je vais partager la chambre. Comment ça, partager la chambre ? Il me dit, qu’il sera de l’autre côté. Ah ok, donc pas dans la même chambre, mais dans la même partie de la guest house ? Non non, de l’autre côté de la chambre, sur un autre lit, mais dans la même chambre… Ok. Donc, il est maintenant 18h45, la nuit est tombée, j’ai passé une heure à me promener et à laisser mes habits tremper, en ayant la conscience tranquille, me disant que j’allais enfin avoir du temps pour moi, après avoir passé 3 jours dans des trains. Mais non. Le gosse étant louche, et voulant du temps pour moi, je choppe mes affaires, essore mes fringues, et me casse. D’ailleurs, j’avais mis mon cadenas sur la porte, donc qu’est-ce-qui serait arrivé si j’étais rentré à 23h ? Aurait-il cassé mon cadenas ?
Bref, je me retrouve à chercher une autre guest house, de nuit, et finit par trouver Hare Rama guest house, où je trouve une chambre encore mieux, avec canapé, tables basses, fauteuils, balcon, etc.. Pour le même prix. Et pas d’invité surprise. Je peux alors enfin me reposer, et profiter d’une nuit de repos.

Le lendemain, en passant du temps à l’omelet shop, je rencontre des français, des anglais, des japonais, et passe d’une langue à une autre. Ici, il y a trop de japonais, et je m’entraine à parler, bien que ce soit un peu dur, les mots ne venant pas forcément. Je rencontre alors une coiffeuse japonaise (les coiffeurs japonais sont les meilleurs), qui me propose de me couper les cheveux. Elle va donc chercher ses outils (elle a tout ! Les ciseaux, le spray, et même le par-dessus pour protéger les habits des cheveux), et on s’installe devant le marché, sur une place publique. En 5 minutes, une cinquantaine d’indiens nous regardent et prennent des photos de nous. Le photographe d’un journal local s’arrête et nous prend en photo ! Malheureusement, je n’ai pas pu avoir l’exemplaire du journal…

Flaner ensuite dans le marché autour de la tour de l’horloge est vraiment sympa, aller d’un chai shop à une boutique de souvenirs en passant par les étals de légumes, dans une ambiance indienne détendue, ou comment passer 4h à ne rien faire et observer la vie autour de soi.

Les étals de légumes dans le marché

Les étals de légumes dans le marché

Je rencontre une propriétaire de guest house et politicienne indienne qui prend des cours de français, et l’aide à faire ses devoirs. Du style « est-ce une chaise ? Non ce n’est pas une chaise, c’est un crayon ».
Nick et Karen sont donc censé me rejoindre le lendemain à Jodhpur, mais je reçois un coup de fil de ces derniers, qui me disent qu’ils restent à Jaisalmer pour le desert festival, processions de dromadaires et concours de M moustache, et autres fantaisies. Je dois donc les rejoindre, et me trouve un billet pour un train de nuit le lendemain.

Depuis le fort

Depuis le fort

La cité bleue, vue du fort

La cité bleue, vue du fort

Le lendemain après midi, je vais au fort de mehrangarh, qui surplombe la ville. La vue sur la cité bleue de là-haut est épatante. Encore un endroit où les problèmes disparaissent et les tensions s’effacent. C’est d’ailleurs l’endroit où a été tourné une des scènes du dernier batman, quand il passe par-dessus un mur, avec un énorme fort en arrière-plan. Je rencontre trois japonais avec qui je commence à pratiquer mon japonais (qui s’est d’ailleurs nettement amélioré), et allons diner ensemble dans un restaurant avec rooftop, d’où la vue sur le fort est magnifique.

Le fort de merhangarh vue depuis le restaurant

Le fort de merhangarh vue depuis le restaurant

Intérieur du fort

Intérieur du fort

En rentrant à la guest house, je rencontre d’autres voyageurs avec qui je passe mes dernières heures à Jodhpur, avant de rejoindre la gare pour prendre mon train.
Bye bye la cité bleue !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>