A la recherche des tigres : Ranthambole National Park

Posted from Sawai Madhopur, Rajasthan, India.

On décide donc de partir le plus rapidement possible de cette ville chaotique, et allons à la gare de Jaipur.
Il y a un train qui part vers 14h et un autre vers 17h, celui de 14h étant plein. On décide de prendre un billet de train en general class (la classe populaire, sans réservation), et allons au guichet réservé aux femmes, personnes agées et touristes. Forcément, avec ma gueule de métèque, certains indiens dans le file essaient de me virer, pensant que je ne suis pas étranger. J’arrive finalement au comptoir, et demande trois ticket pour Sawai Madhopur, la station de train la plus proche du parc national. Au guichet, on me dit que ce n’est pas possible d’aller dans le train qui part à 14h avec ces billets, qu’il faut prendre celui de 17h. D’accord, pas de problème.
On monte quand même dans le train de 14h, en classe sleeper, et attendons que le controleur passe. Le train, par ailleurs est presque vide, excepté quelques policiers à côté de nous. Quand le contrôleur passe, on joue la comédie : on donne le ticket, et on attend la réaction normale « ce n’est pas le bon train ». « Ah bon ? Oh excusez-moi, on ne nous a rien dit au guichet quand on a pris le billet.. ». Et bien sûr, comme les controleur indiens sont sympas avec les touristes (pas comme en France), il nous dit que ce n’est pas un problème de rester, et on ne paie même pas la différence de prix. (60 roupies au lieu de 140).

On arrive donc à Sawai Madhopur où un rickshaw-wallah nous attend, car ici, les hôtels sont tous hors de prix, et il vaut mieux réserver une chambre dans une guest house bon marché. On passe ensuite la soirée, tranquille sur la terrasse à observer la laideur et les contrastes de cette ville. Tout n’est que terrain vague plein de plastique et de déchets en décomposition, avec ci et là des hotels ultra-luxueux au gazons verdoyants..
Le lendemain, réveil à 4h du mat pour aller acheter des billets pour le safari dans le parc. A 4h30, on arrive devant la billetterie, encore fermée, et qui ouvre à 5h. Seulement 3 personnes sont déjà en train de faire la queue. En attendant, on se gave de chai, en essayant de se réchauffer un peu, car l’air ambiant est glacé.
Enfin, les guichets ouvrent, et tout le monde se rue sur les comptoirs. Devant nous, les trois personnes ont chacunes 10 formulaires, et achètent des billets de façon industrielle. Et en fait, c’est qu’il s’agit de garçon d’agence. En gros, ils dorment devant la billetterie, pour être prêt à se ruer au comptoir à 5h du matin, pendant que leur boss remplit les formulaires, et leur passe au fur et à mesure. Techniquement, il n’y a aucun moyen de passer devant ces personnes qui bloquent l’accès au guichet et réservent toutes les places. Comment ça marche ? Tout n’est qu’une question d’argent. Ces agences de tourismes facturent leurs prestations à des prix outrageant aux riches touristes occidentaux (de 2000 à 10000 roupies, alors qu’au guichet, le billet s’achète à 900 roupies). Avec tout cet argent, elles peuvent se permettre de soudoyer les fonctionnaires qui travaillent au guichet, pour qu’ils ferment les yeux sur le fait que leurs garçons bloque l’accès à la billetterie et réservent toutes les places.
On est donc sur le point d’abandonner, l’atmosphère n’étant pas la meilleure du monde au réveil, quand le responsable vient nous voir et nous demande quel est le problème. On lui explique donc la situation, et il finit par nous laisser accéder au comptoir, où l’on arrive enfin à avoir nos places !

On part ensuite dans une espèce d’énorme jeep, pour 20 personnes, et faisons le tour des hotels pour récupérer les gens qui ont déjà leurs places. Après m’être complètement transformé en glaçon (bah oui, il fait encore nuit, il fait froid, et la jeep n’est pas couverte), on arrive enfin au parc national, et commençons la visite. Donc évidemment on voit pleins de biches, cerfs, oiseaux, paons etc… Mais ça on s’en tape, nous on veut voir des tigres ! On aperçoit cependant un crocodile qui fait bronzette au soleil, mais les tigres, bah c’est pas pour cette fois…

Un des innombrables oiseaux du parc

Un des innombrables oiseaux du parc

Les paysages dans le parc sont magnifiques, car préservés. Un des rares endroits en Inde où le plastique ne ruinent pas la vue !

Héron sur le lac

Héron sur le lac

Après cette balade dans la nature, et la déception de ne pas avoir vu de tigre, on va chercher nos billets de trains pour aller à Agra. Problème, le train est complet. On décide de prendre des tickets en general class, donc sans réservation, et de prendre le train de nuit qui part dans la soirée. En même temps, on en profite pour réserver nos billets de trains pour le lendemain, depuis Agra vers Khajuraho, Agra n’ayant pas l’air d’être un endroit où rester plus d’une journée.

Plein d'oiseaux !

Plein d’oiseaux !

 

De retour à la guest house, on procède au check out, et, épuisés, fait une petite sieste sur le toit en béton, qui au passage est assez comfortable.
Le soir, on se pointe donc à la gare, et attendons le train, qui toutes les 10 minutes est retardé de 10 minutes supplémentaires. Il arrive enfin avec une heure de retard, et nous entrons donc en classe sleeper, avec nos billet general. On trouve le controleur et lui demande s’il aurait des couchettes pour nous (ils en ont toujours), qu’il nous trouve !
La nuit dans le train s’avère être plutôt horrible, le train s’arrêtant dans toutes les gares, à peu près toutes les quinze minutes, on se réveille constamment. En plus de celà, un indien décide de réveiller toute sa famille, et tout le wagon par la même occasion à 3h du matin, en allumant toutes les lumières et en gueulant (comme un indien, remarque).
Le train arrive tout de même à l’heure à la gare d’Agra Fort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>